Deux invités : Rachid Oujdi et Frédéric Raguénès

Les invités

 


RACHID OUJDI

 

Après 7 ans dans le tourisme en France et à l’étranger, comme animateur et responsable d’animation. 10 ans de radio (Radio France et RMC) comme animateur d’émissions et de chroniques quotidiennes, Rachid Oujdi est travailleur indépendant depuis plusieurs années : programmateur pour des festivals, animateur pour d’autres (principalement musique, cinéma et littérature), consultant également… Après avoir collaboré pour des structures événementielles et audiovisuelles pour des entreprises (coaching, conventions, séminaires, salons, soirées…) ainsi que pour des associations et des institutions (colloques, conférences, tables rondes…).

Après plusieurs collaborations sur des films institutionnels, depuis quelques années, Rachid Oujdi, s’est plus orienté vers l’écriture et la réalisation de films documentaires d’auteur.

Rachid a une une réelle passion pour le travail de l’image, qu’il cultive depuis de nombreuses années. Au cours de sa carrière professionnelle, il rencontre de nombreuses personnes qui sentent en lui cette flamme ; quand il rentre à Radio-France, on lui confie la chronique cinéma. En 1996, Jean-Marie Guillaume (Directeur des Cinémas aixois) lui demande de devenir son animateur pour les rencontres entre le public et les équipes de films. En 2000, il rencontre l’équipe d’Imasud (Société de Production audiovisuelle), pour un projet de magazine télé. Depuis, il collabore avec elle sur des conventions mais surtout sur des films d’entreprises.

En 2004, Hussam Hindi (alors Directeur artistique du festival de cinéma « Travelling » à Rennes) lui demande d’être le consultant de cette édition consacrée à Marseille. Cette même année, l’équipe du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo) lui demande de devenir le programmateur des films du festival (jusqu’en 2008). Par ce biais il programmera des films au festival Interceltique de Lorient, au Salon du Livre de Paris et, plus tard, à l’Espace des Sciences de Rennes (programmation des films dans le cadre du festival des Sciences, jusqu’en 2015). En 2006, Alain-Michel Blanc (césar du meilleur scénario original 2006 pour « Vas, vis et deviens » de Radu Mihaileanu) lui demande de penser à écrire et à réaliser des projets de films documentaires…

En savoir plus ici


FREDERIC RAGUENES

 

Frédéric Raguénès est un nomade, sans agressivité, sans cagoule, ce vidéaste filme les interventions et violences policières.  . Depuis cinq ans, ce militant de 39 ans vit sur les routes, filme les mouvements sociaux, écologiques, les zones à défendre, les marches pour la paix. L’homme ne possède pas d’adresse fixe mais il est très facile à retrouver via Internet ou par sa chaîne YouTube, Mercure Fred, qui diffuse ses reportages. Il ne se cache pas, ni sur le Net, ni en manif. Et pourtant, les policiers le cherchent. Régulièrement.

Au-delà de la répression policière évidente lors des mouvements sociaux l’an dernier, dénoncée notamment par un rapport accablant d’Amnesty International, l’avocat de Frédéric Raguénès est convaincu « d’un ciblage des personnes qui filment ». Plus d’une fois, un CRS a rangé sa matraque quand Frédéric, caméra en main, l’a interpellé. Ses images d’un agent sortant son arme en manifestation ont été vues plus de 115 000 fois. Bizarrement, le vidéaste sera arrêté plus tard et inculpé. Les accusations des policiers seront démenties par des images et Fred relaxé.

Un an et demi après avoir manifesté devant l’Assemblée nationale contre l’usage de l’article 49-3 pour imposer la loi El Khomri, la dernière personne inculpée lors de ce rassemblement vient d’être relaxée. Caméra au poing, Frédéric Raguénès filmait la manifestation spontanée du 5 juillet 2016, lorsque des policiers l’ont interpellé. Accusé de rébellion et de crachats et condamné en première instance à quatre mois de prison ferme, le vidéaste nomade a toujours nié les faits, images et témoignages à l’appui. La cour d’appel de Paris vient de lui donner raison en le relaxant. Depuis cinq ans, cet automédia (nom donné aux cameramen engagés et bénévoles témoignant des manifestations et des violences policières sur les réseaux sociaux) tourne des images à visage découvert, sans violence, et a déjà subi 16 arrestations. Il est à nouveau convoqué en février au tribunal de Meaux pour avoir squatté un établissement inoccupé la veille de son procès parisien.

En savoir plus ici

 


TARIFS

un film :  6 euros

Soirée du vendredi 13 avril : un film / un concert ( TAPKAL) : 10 euros

Pass journée ( 14 ou 15 avril)  : 15 euros

Pass 2 jours ( 14 et 15 avril) : 25 euros

 

PROGRAMMATION

 

 Programme du 13 avril : cliquez ici

Programme du 14 avril : cliquez ici

Programme du 15 avril : cliquez ici

 

Pour réserver, cliquez ici