19/03 – Dimanche au festival du film militant

Dimanche 19 avril 2020

11h : Brunch partagé / débat : C’est quoi s’engager ? avec les invités du festival

Les invités du Festival du film militant

11h : Film jeune public – Le garçon et le monde d’Alê Breu – 1h22

À la recherche de son père, un garçon quitte son village et découvre un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges. Un voyage lyrique et onirique illustrant avec brio les problèmes du monde moderne.


14h30 : Mon pays fabrique des armes d’Anne Poiret – Carte blanche à Amnesty International – 1h12 mn

Depuis quelques années, les ventes d’armes françaises explosent et notre pays est devenu le troisième exportateur mondial. Pourtant, le grand public sait peu de choses de ce fleuron industriel français, de ses usines, de ses salariés, des régions productrices d’armes et des grandes instances d’État chargées de les vendre. Car la France exporte massivement vers le Moyen-Orient. Beaucoup vers l’Arabie Saoudite. Au sein de l’État, qui arbitre lorsqu’il s’agit de vendre à des régimes suspectés de crimes de guerre ? A quoi la realpolitik nous contraint-elle ? Dans le reste de l’Europe, la société civile réagit à cette question. Si les armes sont si cruciales pour l’emploi des Français, si elles participent autant à l’indépendance de notre pays, pourquoi y sont-elles un angle mort du débat public ?

Film suivi d’un débat avec Amnesty International


16h : Merci pour la pluie de Julia Dahr et Kisilu MUSYA- Carte blanche à Alternatiba – 1h25

Film suivi d’un débat avec Alternatiba

Il y a cinq ans, le fermier kenyan Kisilu Musya a commencé à filmer sa famille, son village, les inondations, les sécheresses et les orages à proximité. En fait, au fur et à mesure, c’est l’impact du changement climatique ainsi que son coût humain qu’il documente. Lorsque la maison de Kisilu est détruite par une tempête, le cinéaste autodidacte décide de lancer un mouvement d’agriculteurs solidaires et appelle à l’action. La lutte de Kisilu prend de l’ampleur entre Oslo et Paris où il va se confronter à l’inertie, la bureaucratie et l’arrogance. « Merci pour la pluie » est un conte inspirant et captivant d’un optimiste infatigable, qui teste les limites de la lutte pour un monde plus vert.


18h : L’Éveil Pei de et avec Vincent Labbé – 64mn

Film suivi d’un débat avec le réalisateur du film Vincent Labbé

L’éveil Peï, des solutions locales pour une île éco-responsable. Lutter contre les déchets, consommer local, se déplacer en polluant le moins possible, produire soi-même l’énergie que l’on consomme : des solutions existent à La Réunion. Partons à la rencontre de ceux qui consacrent leur temps et leur énergie afin de construire une île meilleure. Une heure et quatre minutes pour réveiller notre conscience écologique, pour l’éveiller ou tout simplement pour la renforcer. Ce film-documentaire, c’est une ode à l‘écologie, une ode à la pensée verte et un hommage à ces femmes et hommes, qui, pour certains, militent depuis plus de trente ans pour faire passer un message : « la planète est en danger. »


18h Hôpital au bord de la crise de nerf de et avec Stéphane Mercurio – 52mn

Janvier 2003, hôpital de Gonesse, en banlieue parisienne. Restrictions budgétaires, limitation d’accès aux professions de santé ont entraîné la fermeture d’une cinquantaine de lits désorganisant ainsi le fonctionnement de l’hôpital. Le film nous plonge dans l’univers souvent absurde – et même cocasse – dans lequel se débattent les héroïques acteurs de l’hôpital – personnel soignant et administratif – pour que « ça fonctionne » envers et contre tout.

Film suivi d’un débat avec la réalisatrice du film Stéphane Mercurio


20h : Les invisibles de Louis-Julien Petit – 1h42

Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis ! « Il y a bien des façons d’attirer le regard sur des gens ou des situations que le reste du monde n’a guère envie de voir. Les Invisibles a choisi la manière douce, elle est formidablement efficace, au point de faire mentir le titre (ce qui, l’on suppose, était le but de l’opération). L’image de ces femmes ne s’effacera pas. » Thomas Sotinel Le Monde


TARIFS DU FESTIVAL DU FILM MILITANT vendredi 17 avril – Soirée d’ouverture : Tarif unique avec 2 films : 10€. Samedi 18 et dimanche 19 avril : 6€ le film ou 5€ le film à partir de 3 films réservés.

Pour réserver un ou des films au festival : cliquez-ici !

Les invités du festival du film militant : cliquez ici

Programme du Vendredi 17 avril : cliquez- ici

Programme du Samedi 18 avril : cliquez-ici