08/02 – Film : J’ai marché jusqu’à vous

Vendredi 8 février 2019 à 20h

Film : J’ai marché jusqu’à vous de Rachid Oujdi

Rachid Oujdi cinéaste et citoyen engagé dans la défense des droits des personnes les plus démunies s’en est allé fin décembre. Nous avions eu l’immense plaisir de le recevoir pour le festival du film militant en avril. Il nous avait touché par son humanisme et son engagement personnel pour les migrants et les combats de la vie. Il devait revenir pour la prochaine édition du festival nous présenter son nouveau film…
Un militant, un amoureux de la vie, un ami s’en est allé… mais Rachid restera à jamais dans nos coeurs.

Toute l’équipe de Yourtes en scène a décidé de projeter à nouveau son film « J’ai marché jusqu’à vous «  qui reste toujours et encore d’actualités. Il ouvrira la nouvelle saison de la Yourte. Les recettes iront à une association qui oeuvre pour les mineurs isolés. 

LE FILM

Ils ont moins de 18 ans, on les appelle les « Mineurs Isolés Etrangers ».  Venus seuls, principalement d’Afrique et du Moyen Orient, ces voyageurs sans visas débarquent à Marseille, au terme d’un long périple. En attendant leur majorité, ils sont censés se trouver sous la protection de l’Aide Sociale à l’Enfance. Mais avant cette « mise à l’abri » rarement immédiate, ces jeunes subissent la rue, les réseaux malveillants et la suspicion des institutions.

Un parcours éprouvant filmé avec distance et pudeur par les caméras de Rachid Oujdi qui révèle un double paradoxe. Car à leur majorité, ces jeunes n’auront, peut-être, pas la possibilité de rester sur le territoire français.

LE CONTEXTE

A travers les témoignages de ces jeunes et des professionnels qui travaillent autour de cette jeunesse exilée (éducateurs, médecins, psychologues), nous découvrons un quotidien où les paradoxes se cumulent. Ces jeunes doivent être protégés, mais les autorités publiques vérifient, d’abord, certaines données pour s’assurer de leur minorité. Du coup, parfois, certains restent plusieurs semaines (voire plusieurs mois) à la rue. Les Institutions deviennent ainsi hors-la-loi puisque tout mineur isolé doit être protégé.

Ces jeunes, malgré leurs périples, sont vulnérables. Le temps de la mise à l’abri, la rue devient le lieu de tous les dangers (les réseaux de traite et de prostitution guettent ces proies faciles).

En France, la protection de l’enfance est confiée à l’Aide Sociale à l’Enfancequi dépend de chaque Conseil départemental. La France a signé et ratifié

la Convention Internationale des Droits de l’Enfance, en 1989 :  « Tout mineur doit être protégé

quelque soit son sexe, sa religion, ses origines, sa nationalité »

​Et quand certains sont mis à l’abri, dans des MECS (1),  ils sont protégés jusqu’à leurs 18 ans. Après, ils doivent justifier de certaines conditions pour obtenir une régularisation. En fonction du pays de provenance, ils peuvent demander l’asile auprès de l’OFPRA (2) (statut de réfugié, asile constitutionnel, protection subsidiaire, l’apatridie) et certains reçoivent une OQTP (3).

Prix du Public – Meilleur long-métrage – Festival Amnesty International 2017 – « Au Cinéma Pour Les Droits Humains »

© Comic Strip Production. France Télévisions et LCP Assemblée nationale. Avec la participation du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée, de la Procirep – Société des Producteurs, de l’Angoa et du soutien au développement de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur en partenariat avec le CNC. 52″